Actualités

Des mannequins high tech à l’Hôpital Nord : formation par simulation pour les personnels de bloc

La formation par simulation, couramment utilisée en aéronautique, a depuis des années prouvé son efficacité dans la formation des professionnels de santé, notamment à l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille.

En 2017, le CHU passe à la vitesse supérieure.

Du 23 au 26 janvier, tous les personnels intervenant dans les blocs opératoires de l’Hôpital Nord sont invités à participer à des ateliers de simulation avec des mannequins plus vrais que nature, qui respirent, saignent et réagissent aux soins selon un scénario pédagogique préalablement défini par les formateurs. Cette formation est coordonnée par le Pr Alexandre MIGNON, co-fondateur du laboratoire iLumens à Paris, qui vient de rejoindre l’équipe du Pr Marc LEONE au Département Anesthésie réanimation de l’Hôpital Nord.
 


Comment ça marche ?

Bernard, 67 ans, atteint d’un cancer, est au bloc pour subir une intervention lourde sur le colon. Il respire, parle, réagit aux traitements, mais son visage est un peu figé… Normal, c’est un mannequin ! Bourré d’équipements à la pointe de la technologie, suivi par 3 caméras reliées à un ordinateur, ce mannequin va permettre aux soignants de se former dans les conditions du réel afin d’améliorer leurs pratiques professionnelles.

Dans une autre salle, sur son ordinateur, le formateur va créer les situations les plus critiques, ajoutant à tout moment des événements imprévus : arrêt cardiaque, convulsions, ou même panne d’électricité au bloc.

Scénarios catastrophes :

Les infirmières anesthésistes et les internes vont pouvoir tester leurs réflexes professionnels et prendre dans l’urgence les décisions qui s’imposent selon l’un des scénarios retenus : perfuser, ventiler, poser une voie veineuse, utiliser le défibrillateur, poser une sonde urinaire, trouver une lampe électrique… et si nécessaire appeler un médecin senior.

« En plaçant les acteurs dans les situations les plus exceptionnelles, l’exercice permet de perfectionner l’organisation du travail en équipe, le positionnement de chaque professionnel et les bons réflexes à adopter lors des situations d’urgence », résume le Pr MIGNON.

Chaque atelier est suivi d’une séance de débriefing, pièce essentielle dans le processus d’apprentissage : prise en charge, réactions et interactions entre professionnels des différentes disciplines sont passées au crible. « C’est une pédagogie par apprentissage et évaluation, surtout pas par humiliation », insistent les formateurs. « On n’est pas là pour noter, mais pour confronter les soignants à des situations professionnelles variées et réalistes, pour dédramatiser les situations potentiellement angoissantes et les aider à améliorer leur pratique ».