La posturothérapie pour éviter les mauvais calculs

Les kinésithérapeutes de l’AP-HM ont mis au point une technique spécifique de posturothérapie pour favoriser l’élimination des résidus de calculs rénaux.



A l’AP-HM, les chercheurs ne sont pas les seuls à innover pour élaborer les traitements de demain. Preuve en est avec l’équipe de kinésithérapeutes du pôle de Médecine Physique et de Réadaptation de l’Hôpital de la Conception, dirigé par le Pr Delarque. En collaboration avec le service d’urologie du Pr Lechevallier, elle a mis au point une technique novatrice et efficace pour permettre l’élimination des calculs rénaux ou des résidus qui s’accumulent souvent dans la partie basse du rein : le calice inférieur.

Les calculs ou lithiase, ce « mal de pierres » récemment porté au cinéma, sont dus à la cristallisation de sels minéraux et peuvent générer divers troubles, notamment des blocages, d’importantes douleurs et des infections. Il existe trois types de traitements :
 

  • La lithotritie extracorporelle (LEC), technique consistant à fragmenter les calculs à l’aide d’ondes de choc ultrasonores. C’est la technique la moins invasive puisqu’elle se pratique depuis l’extérieur du corps, à travers la peau.

  • L’urétéroscopie souple, où les calculs sont détruits directement au laser grâce à l’introduction d’un endoscope souple permettant de remonter, par les voies naturelles, jusqu’aux cavités rénales (calices).

  • La néphrolithotomie percutanée, technique la plus invasive puisqu’elle implique une intervention chirurgicale avec l’introduction d’un endoscope directement dans le rein, à travers la peau et la paroi du dos, pour enlever le ou les calculs.


L’efficacité de ces techniques n’est plus à démontrer mais il subsiste parfois de petits fragments ou des poussières qui vont s’accumuler dans le calice inférieur, y stagner et éventuellement se réagglomérer au fil du temps. C’est là que les kinésithérapeutes interviennent. Inspirés par des études réalisées à Toronto et Singapour, ils ont en effet élaboré, en s’appuyant sur l’expertise du Pr Lechevallier, une méthode originale : la posturothérapie.

Le protocole : le patient boit un demi-litre d’eau dans l’heure qui précède la séance. On le place ensuite en position de déclive, la tête en bas (les résidus se trouvant dans le calice inférieur), puis on applique pendant une dizaine de minutes un vibro-percuteur directement au niveau du rein. Le traitement nécessite 6 séances à raison d’une séance par semaine.     
     
Les résultats sont très encourageants puisqu’on constate une absence complète de résidus (« stone free ») dans 30 à 40% des cas. Le nombre de patients traités ne cesse d’augmenter et le Pr Lechevallier le préconise parfois en première intention, avant même le traitement par lithotritie extracorporelle.

L’équipe a présenté ces résultats dans plusieurs conférences spécialisées, dont le 11ème congrès français d’urologie fin 2016, et une publication est prévue dans une revue internationale. Plusieurs centres sont venus se former à l’Hôpital de la Conception, ce qui devrait permettre le lancement d’une étude multicentrique pour croiser les données. 

 

Conclusion : une technique efficace et très bien tolérée, peu contraignante et économique, élaborée par une équipe de praticiens passionnés (Laurence BIENVENU, Saïdara THIRAKUL et Pierre MAFFEI) !