Actualités

Une première mondiale et une avancée majeure dans le traitement chirurgical de l’épilepsie réfractaire

Pr Fabrice BARTOLOMEIPr Didier SCAVARDAC’est une étude clinique déterminante que s’apprête à publier le Journal of Neurosurgery Pediatrics, réalisée par le Pr Didier SCAVARDA, chef du service de neurochirurgie infantile, en collaboration avec le Pr Fabrice BARTOLOMEI, chef du service d’épileptologie et de rythmologie cérébrale (Hôpital de la Timone – AP-HM et Aix-Marseille Université).

 

De nombreux patients ayant subi des accidents vasculaires cérébraux précoces, parfois en période anténatale, développent par la suite une forme d’épilepsie réfractaire aux traitements médicamenteux. Les crises brutales et les chutes consécutives contraignent ces personnes à porter constamment un casque et sont un obstacle majeur à leur intégration sociale. La technique chirurgicale la plus couramment utilisée est alors l’hémisphérotomie. Celle-ci consiste à déconnecter totalement l’hémisphère cérébral lésé, contraignant le patient à ne vivre qu’avec une moitié de son cerveau. Il s’agit d’une intervention lourde qui a pour conséquence une aggravation du déficit de langage et bien souvent une altération de la vue.

 

Une déconnexion partielle efficace à 100%, sans détérioration des fonctions cognitives

 

La technique mise au point par le Pr Didier SCAVARDA et ses équipes s’appuie sur une exploration inédite du cerveau par stéréo-électro-encéphalographie (implantation d’électrodes intracérébrales).

 

Consultation avec le Pr Didier SCAVARDALe constat est que la zone épileptogène est bien souvent beaucoup plus localisée qu’on ne le croyait, permettant un geste chirurgical de déconnexion partielle « sur-mesure », adapté à chaque patient et ne causant pas d’aggravation des déficits visuel et langagier.

 

Par ailleurs l’amélioration globale de la qualité de vie et du pronostic fonctionnel est constamment rapportée par les familles.

 

Déjà pratiquée sur six patients, la technique s’est avérée efficace à 100%, avec une interruption des crises et une meilleure intégration sociale.